Charline demande pardon au monde de la finance !

n

C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

Victor Hugo

 

puits de petrole en feu
Le pillage des ressources de la planète, l’abondante production d’énergie ou de marchandises, les rejets et autres déchets de la consommation ostentatoire hypothèquent gravement les chances de survie de notre Terre et des espèces qui la peuplent. Mais pour laisser libre court au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.

« Des trucs abjects et manipulations de l’info, c’est la période. Après le mieux pour trouver des éléments de discours et se faire une idée est encore sur la page pro-aéroports: »

A lire Oui à l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes

Aller consommer , dormir, votez quand cela les arrange…. L’avenir incertain, on le laisse à la prochaine génération.

INFOGRAPHIE – Deux ans après l’accord de Paris, Emmanuel Macron organise mardi le One Planet Summit afin de remobiliser les acteurs publics et privés contre le réchauffement.

» À Paris, un sommet sur le climat en quête de financements

Et ce sont les mêmes pollueurs qui se présentent aujourd’hui comme les sauveurs potentiels de la planète. Ces imbéciles du show business subventionnés par les firmes multinationales essayent de nous convaincre qu’un simple changement de nos habitudes de vie suffirait à sauver la planète du désastre. Et pendant qu’ils nous culpabilisent, ils continuent à polluer sans cesse notre environnement et notre esprit. Ces pauvres thèses pseudo-écologiques sont reprises en cœur par tous les politiciens véreux à cours de slogan publicitaire. Mais ils se gardent bien de proposer un changement radical dans le système de production. Il s’agit comme toujours de changer quelques détails pour que tout puisse rester comme avant.

One planet summit : Macron en chef d’orchestre – On va plus loin (12/12/2017)

Climat.«On est en train de perdre la bataille» contre le réchauffement et le changement climatique, a averti le président Emmanuel Macron lors du sommet «One Planet Summit» à Paris devant des dizaines de dirigeants mondiaux. «On ne va pas assez vite et c’est ça le drame», a lancé le chef de l’Etat. «On doit tous bouger car on aura tous à rendre compte», a-t-il lancé à son auditoire.

Copenhague, l’impossible accord ?1Des millions d’hectares de forêt amazonienne ouverts à l’exploitation minière

 

Climat. Deux ans après la signature de l’accord de Paris, Emmanuel Macron organise ce mardi un nouveau rendez-vous, axé sur le financement de la transition énergétique, le One Planet Summit (photo AFP). Coup d’accélérateur ou simple outil de communication ?

Effet d’annonce?

Climat.La Banque mondiale arrêtera de financer après 2019 l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz, a annoncé l’organisation mardi à l’occasion du sommet climat de Paris.La Banque mondiale est la première banque multilatérale à prendre un tel engagement dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz.  En 2016, les financements de la Banque mondiale dans l’industrie pétrolière et gazière ont représenté près d’1,6 milliard de dollars, soit moins de 5% de la totalité des financements accordés la même année.

 

n Climat : les mesures qui seront annoncées au sommet de Paris

Les engagements financiers qui doivent être dévoilés mardi lors du One Planet Summit émanent surtout du secteur privé. Et plusieurs dispositifs ont déjà été enclenchés.

Le sommet OnePlanet s’ouvre aujourd’hui avec des chefs d’état, des banques et des entreprises pour développer la finance verte. « Jusqu’à présent c’est de polluer qui était rentable. Maintenant, c’est le développement durable qui peut rapporter du cash »… Le Billet de Charline dans le 7/9 par Charline Vanhoenacker (7h55 – 12 Décembre 2017) Retrouvez toutes les chroniques de Charline Vanhoenacker sur http://www.franceinter.fr

 

 

Hong-Kong, paradis pour le secret bancaire et place forte de HSBC qui y réalise la majeure partie de ses profits. 

 Charline demande pardon au monde de la finance ! Le Billet de Charline

« Une décision définitive » sur le projet controversé de Notre-Dame-des-Landes « sera prise au plus tard en janvier », affirme Emmanuel Macron aujourd’hui dans un entretien au Monde, à la veille de la remise du rapport des médiateurs.
COMPTE RENDU Autriche : une explosion dans un terminal gazier fait un mort et 18 blessés

Guillaume Meurice a écouté Emmanuel Macron au « One planet summit » et c’était beau. Maintenant, il est soulagé. Il sait que la finance va sauver la planète. Il a parlé aux gens de la croissance verte de suite après.

 

Quand Total et EDF viennent parler climat – Le Moment Meurice …

Des fonds souverains s’engagent à verdir leurs portefeuilles

Parmi les annonces nouvelles, une coalition de fonds souverains, avec la Norvège en chef de file, associe le Qatar, le Koweït, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Nouvelle-Zélande. Ils s’engagent à travailler ensemble pour verdir leurs portefeuilles. L’Elysée pousse pour que 5 % des nouveaux engagements de ces fonds soient désormais « compatibles avec la mise en œuvre de l’accord de Paris », ce qui signifierait un renoncement aux investissements dans les énergies fossiles. Mais aucun objectif chiffré n’a encore été atteint. La Chine et Singapour sont aussi intéressés par cette initiative, assure-t-on dans l’entourage du président français Emmanuel Macron.

Un « groupe de philanthropes », réunissant une dizaine de fondations, dont celles de Michael Bloomberg, Bill Gates ou encore Richard Branson, s’engagent à augmenter la part de leurs actions en faveur du climat. Actuellement, seuls 3 à 5 % de leur force de frappe financière sont consacrés à ce domaine. Le milliardaire américain Bill Gates devrait par ailleurs porter de 300 à 500 millions de dollars (254 à 424 millions d’euros) sa contribution à un programme de financement sur la recherche climatique et ses impacts sur le monde agricole.

Du côté des investisseurs, une centaine de fonds d’investissement et de fonds de pensions, dont les poids lourds que sont les américains CalPERS et BlackRock, ou la banque britannique HSBC« s’engagent à la transparence de leurs investissements climatiques vis-à-vis de l’ensemble de leurs actionnaires », explique-t-on à l’Elysée. Ils devraient également élaborer « une stratégie collective de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les douze mois qui viennent ». Les institutions financières tricolores publiques, dont la Caisse des dépôts ou Bpifrance, ainsi que l’Agence des participations de l’Etat, qui ont signé lundi à Bercy une charte sur le sujet, seront également de la partie.

 

Des engagements publics faibles

« Le risque climatique est enfin pris au sérieux dans le monde financier – tant par les entreprises qui s’engagent plus nombreuses à la transparence sur ces risques, que les
superviseurs et banques centrales qui vont les intégrer dans leurs travaux. C’est une bonne nouvelle. Il est plus que temps », 
assure Bruno Le Maire, le ministre de l’économie.

Lire aussi :   Climat : Nicolas Hulot appelle les patrons français à passer « à l’action »

 

Cash investigation – Marketing vert : le grand maquillage / intégrale

Des dispositifs déjà connus

Certains engagements égrénés au One Planet Summit de Paris ne sont que le rappel de dispositifs déjà connus, comme l’Alliance solaire internationale, lancée à l’occasion de la COP21, en décembre 2015, ou le Fonds de lutte contre la dégradation des terres et la désertification.

Cet ensemble de mesures « comprend quelques initiatives intéressantes, beaucoup de choses recyclées et dénote une absence de volonté politique forte », déplore Armelle Le Comte, d’Oxfam France.

COMPTE RENDU Climat : les mesures qui seront annoncées au sommet de Paris Audrey Tonnelier et Simon Roger

Comment l’argent public français finance (encore) les énergies fossiles

Au rapport.

Argent des caisses de retraite publiques, épargne des livrets A et autres LDD… L’argent public reste encore massivement investi dans les énergies fossiles. Nos journalistes ont épluché le rapport de l’Agence française du développement.

(Photo AFP.)

A lire en intégralité sur Libération.fr

 

 

Cash investigation – Climat: le grand bluff des multinationales / intégrale Cash Investigation révèle les dessous d’un étrange marché, celui des «quotas carbone». Créé par l’Union européenne il y a dix ans, il était censé inciter les industries lourdes à réduire leurs émissions de CO2, ce gaz qui dérègle le climat. Mais ce système est aujourd’hui dévoyé au profit des plus gros émetteurs de CO2, pour lesquels polluer peut même s’avérer rentable. Total n’hésite pas à investir des milliards de dollars au Canada pour exploiter le pétrole le plus sale de la terre. Dans la région de Melbourne en Australie, Engie, qui cultive son image d’entreprise verte, exploite toujours l’une des plus vieilles centrales du monde. En février 2014, elle a provoqué un incendie qui a duré 45 jours, asphyxiant toute la région. Elise Lucet reçoit responsables politiques, experts et grands patrons. Présenté par Elise Lucet France 2 #cashinvestigation

 

Cash investigation – Climat: le grand bluff des multinationales / intégrale

 

 

la bataille de l’énergie

Le terminal touché emploie 50 personnes et est l’un des principaux centres de distribution d’Europe centrale pour le gaz arrivant de Russie et de Norvège en Autriche.
L’explosion a occasionné des « dégâts importants », a déclaré à l’Agence France-Presse un porte-parole de l’exploitant du site, Gas Connect Austria, filiale à 51 % du groupe énergétique autrichien OMV. D’une capacité annuelle de 40 milliards de mètres cubes, le terminal de Baumgarten, inauguré en 1959, traite 6 millions de mètres cubes de gaz par heure en cette période de l’année, selon Gas Connect.

Le géant russe Gazprom, est l’un des principaux fournisseurs du terminal,

La récente découverte d’importants gisements de gaz en Méditerranée orientale attise les appétits des pays riverains et exacerbent les rivalités. Le Dessous des Cartes étudie cette semaine les conséquences politiques et économiques de ces découvertes, qui pourraient faire de la Méditerranée le nouvel Eldorado du gaz. D’une capacité annuelle de 40 milliards de mètres cubes, ce terminal est l’un des principaux « hub » gaziers en Europe centrale et traite 6 millions de mètres cubes de gaz par heure en cette période de l’année, selon Gas Connect.

 

 

Méditerranée: Les batailles du gaz – Le dessous des cartes – 03.05.14 (Arte)

 

 

Méditerranée orientale : gaz, le grand échiquier

 

 

How natural gas could be a geopolitical game-changer in the Mideast

Par AFP — 8 décembre 2017 à 04:33 (mis à jour à 10:27)
Les réservoirs en cours de construction du site russe de production de gaz naturel liquéfié (GNL) Yamal, en Sibérie arctique, photographiés le 16 avril 2015Les réservoirs en cours de construction du site russe de production de gaz naturel liquéfié (GNL) Yamal, en Sibérie arctique, photographiés le 16 avril 2015 Photo KIRILL KUDRYAVTSEV. AFP
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s